Aller chasser

Note : cet article est une traduction de l’article Go Hunting de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Feu nourriJe pense que le meilleur moyen de nous assurer que notre alimentation est alignée avec notre morale est de rester connecté avec les processus globaux que nous soutenons par nos choix alimentaires.

Par exemple, si vous mangez de la viande, alors je vous recommanderais fortement d’aller chasser de temps en temps et de manger ce que vous tuez. Je pense qu’il est important de vivre cette expérience, comme ça vous pourrez totalement apprécier vos choix. Si personnellement vous ne pouvez pas tuer un animal et le préparer à la consommation, cela indiquerait une incohérence interne majeure, donc peut-être qu’il serait plus sage de réévaluer vos choix alimentaires.

Je ne dirais pas que vous avez besoin de le faire chaque fois que vous mangez de la viande, mais faites-le au moins une fois par an pour rester connecté au processus de tuer et de consommer. Pour quelqu’un qui ne mange que du poisson, alors aller pêcher devrait suffire.

Pour un lacto-ovo végétarien, je suggèrerais de vivre l’expérience d’aller traire une vache et de boire son lait. Ou de visiter une ferme avicole et de prendre des œufs frais directement à la source. Passez du temps avec les vaches et les poules pour voir à quoi cela ressemble de près. Voyez comment vous vous sentez en prenant et en consommant leur lait et leurs œufs.

Si vous aimez manger des produits transformés, voyez si vous pouvez arranger une visite dans une de ces usines alimentaires que vous soutenez et observer une ligne de production. Par exemple, les chocolats Ethel M. à Las Vegas proposent une visite gratuite de l’usine avec des chocolats en cadeau à la fin. Faire ce genre de visite ne va probablement pas vous faire aimer ou détester le chocolat, mais cela pourrait augmenter votre conscience des genres de travails que les humains font pour produire des chocolats gourmets. Cela vous aide à augmenter votre conscience quant aux conséquences de vos actions.

Depuis maintenant quelques années, j’ai un petit potager dans mon jardin. Je ne suis pas tellement jardinier, mais c’est une expérience pour apprendre à faire pousser et à consommer ma propre nourriture. J’ai remarqué que je préférais manger des légumes qui se renouvelaient d’eux-mêmes au lieu de les sortir de terre et de les tuer. J’ai quelques oignons verts, par exemple, qui prospèrent depuis des années. Je les taille de temps en temps et les légumes se renouvellent automatiquement. Il en va de même pour les fines herbes. Les arbres fruitiers sont aussi super parce que vous pouvez manger les fruits et que l’arbre continue à vivre et à porter d’autres fruits. J’aime faire en sorte que les fruits frais soient un élément essentiel de mon alimentation.

Je ne me vois pas aller chasser et tirer sur un cerf ou un autre animal. Je préfèrerais voir l’animal continuer à vivre. Si un lion veut le tuer, ok, mais je ne suis pas un lion. Si quelqu’un aime manger de la viande, alors je pense que chasser et manger la proie serait une expérience essentielle à vivre. Sinon il y a trop de chances qu’il abaisse sa propre conscience et glisse dans l’incohérence, ce qui érode avec le temps son respect avec lui-même.

J’ai vu beaucoup de cerfs de près au cours de mes derniers voyages, ainsi que des vaches et divers autres animaux, et je n’ai jamais ressenti le désir de sortir une arme, de les tuer et de les manger. À la place je les ai vus plutôt beaux et paisibles. J’avais envie de m’asseoir et de les regarder, pas de mettre fin à leur vie.

À un moment, Rachelle et moi nous sommes beaucoup rapprochés d’un cerf et nous avons quasiment eu une conversation avec lui pendant que nous prenions quelques photos. À aucun moment nous n’avons parlé du goût potentiel de ce cerf, ou de la faim qu’il suscitait. Peut-être est-ce la raison pour laquelle cela nous a permis de nous approcher autant de lui, presque à portée de caresses. Après coup nous l’avons remercié pour les photos.

Je vois l’incohérence interne comme une question de niveau plus que d’essence. Améliorer la cohérence entre nos valeurs et nos décisions est un processus à vie. Il n’est pas question d’atteindre la perfection. Dès que vous franchissez une étape, vous pourriez penser que vous avez atteint un nouveau niveau de divinité morale pendant un moment, mais peu après les étapes suivantes se présentent d’elles-mêmes.

Je pense qu’environ 9 milliards d’animaux de ferme sont trucidés chaque année aux États-Unis. Je me demande combien de ces morts se produiraient si les consommateurs finaux devaient les tuer eux-mêmes. Je pense que nous serons tous d’accord pour dire qu’il y aurait beaucoup moins de 9 milliards de morts.

Si vous mangez de la viande mais que vous n’avez jamais tué personnellement et délibérément un animal pour le manger ensuite, et que vous résistez à l’idée même d’essayer, cela fait-il de vous une poule mouillée ? Oui, je le pense. Après tout, si vos valeurs soutiennent le fait de manger de la viande, alors ils doivent certainement soutenir le processus le plus basique qui rend possible de manger de la viande : délibérément tuer un animal et manger sa chair.

Il y a évidemment de nombreuses façons d’étendre les idées de cet article. Les choix alimentaires en sont simplement une application. L’idée générale est que si vous n’arrivez pas à vous pousser à participer aux processus que vous supportez actuellement par vos choix, alors vous ne respectez pas vraiment ces processus.

Et si vous continuez à participer à des processus que vous ne respectez pas, alors respectez-vous vraiment les choix que vous faites ?

Et si vous continuez à faire des choix que vous ne respectez pas, alors vous respectez-vous vraiment personnellement ?

Quand vous procédez à des étapes pour augmenter la cohérence entre vos valeurs et vos choix, votre respect pour vous-même augmente. Et avec un plus grand respect pour vous-même, vous avez moins de chances de vous faire piéger par des situations abusives, et vous avez plus de chances de garder des normes élevées dans votre vie, à la fois personnellement et professionnellement.

Si vos valeurs et vos choix sont désynchronisés, cela signifie que vous ne vous accordez pas beaucoup de valeur.

Crédits photo : © Elisabeth Burrell – Fotolia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *