TwitterFacebook
Le développement personnel pour les gens intelligents

À quoi bon se préoccuper de son développement personnel?

 Note : cet article est une traduction de l’article Why pursue personal growth at all? de Steve Pavlina. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Petit Bouddha

Voici un commentaire concernant le dernier article que j’aimerais partager, étant donné que c’est un problème assez récurrent en développement personnel :

À quoi bon s’améliorer ? Nous naissons. Nous mourons. Tout le reste appartient au destin. Alors pourquoi lutter pour s’améliorer ? Dans quel but ? Les attentes ne peuvent mener qu’à de la tristesse si elles ne sont pas comblées. Pourquoi ne pas simplement mener une vie sans attente et voir ce qui arrive ?

Ce mec, Jim, a fini premier. Cool! Et après? Il va maintenant fixer ses propres objectifs pour gagner le Championnat de la Voie Lactée ? Ok, disons qu’il va encore finir premier. Et ensuite ?

Est-ce que personne ici n’a essayé de vivre une vie sans objectifs, sans compétition, sans améliorations ? Faire les choses intuitivement, sans attentes. N’est-ce pas ça la paix ? N’est-ce pas ce que nous recherchons réellement?

Vous n’avez pas besoin de fixer des objectifs ou de vous efforcer de vous améliorer. Le développement personnel est un choix conscient, un de ceux qui ne dépendent que de vous. Ce site web cherche à aider ceux qui ont fait ou sont en train de faire ce choix. Cela n’aurait vraiment pas grand intérêt pour une personne non concernée de venir visiter de site. Pour ces gens-là, je recommanderais plutôt ce site, qui est l’étape suivante logique pour ceux qui en ont marre de se développer et sont prêts pour la paix éternelle.

Ok, bon c’était mon côté méchant qui s’exprimait un peu… Je vais reformuler la question : Est-ce que le fait de s’efforcer de devenir meilleur est en conflit avec la recherche de paix intérieure ?

Ma réponse : pas du tout. Les deux peuvent en effet être trouvés sur le même chemin. Un terme pour cet état est celui de dharma. Quand vous êtes dans cet état, vous avez trouvé votre but dans la vie et vous le vivez consciemment.

Créer l’intention de changer votre futur ou de l’améliorer d’une certaine façon par rapport à votre passé n’entre pas nécessairement en conflit avec l’état de paix intérieure. Ce qui provoque un manque de paix intérieure est le problème de l’attachement. Quand vous êtes très attaché à un résultat précis, et que vous essayez de contrôler quelque chose qui n’est pas complètement sous votre contrôle, vous perdez votre chemin vers la paix. Mais quand vous créez une intention et restez alors détaché du besoin que le futur se déroule d’une certaine façon, vous pouvez connaître une amélioration fantastique et un changement positif sans vous perdre sur le chemin de la paix intérieure.

Je vais vous donner un exemple simple. En créant ce site et en y écrivant des articles, mon intention originelle est d’aider les gens à s’améliorer. Pour moi c’est mon état de dharma. Mais dans le même temps, je me détache également du besoin de voir un quelconque avenir se manifester. J’entreprends ce que je veux voir arriver, mais je reste ouvert et j’accepte tous les résultats possibles. Certaines personnes qui lisent ce blog vont peut-être y trouver une grande aide ; d’autres vont peut-être ne rien y trouver qui les touche ou mal interpréter ce que j’écris. Cet aspect est hors de mon contrôle. Si je m’attache trop à la façon dont les autres réagissent, je ne serai jamais capable de connaître la paix. Croire que vous devez contrôler ce que vous ne pouvez pas contrôler est source de stress et de surmenage.

Pour moi, être capable de s’améliorer année après année est la plus grande aventure que quiconque puisse jamais espérer. Devenir meilleur provoque à la fois de la douleur et du plaisir, mais la douleur ne fait qu’adoucir le plaisir. Voici les mots de Khalil Gibran dans Le Prophète :

Lorsque vous êtes joyeux, sondez votre cœur, et vous découvrirez que ce qui est la source de votre joie n’est autre que ce qui causait votre tristesse.
Lorsque vous êtes triste, examinez de nouveau votre cœur. Vous verrez qu’en vérité vous pleurez sur ce qui fit vos délices.

Il n’y a rien de fondamentalement mauvais dans le fait de mener une vie et de ne rien en attendre. Pourtant c’est ce que vous obtiendrez… une vie de rien. Si vous n’attendez rien de la vie, alors pourquoi êtes-vous là ? À quoi bon s’embêter à sortir du lit le matin ?

Beaucoup de gens posent la question : « Quel est le sens de la vie ? » Mais c’est la vie qui vous pose cette question : « Quel est le sens de TA vie ? » C’est une chose à laquelle nous devons tous répondre intérieurement. Si nous n’y répondons pas, alors la réponse que l’on apporte est rien, et nous finirons par vivre (et finirons de vivre) de la même manière. Ma réponse personnelle à cette question est que le but de ma vie est de m’améliorer et d’aider les autres à faire de même. Pour moi, être sur cette voie va de pair avec l’état de paix intérieure. Il n’y a aucune destination finale après laquelle je dirais : « J’ai fini de m’améliorer. » Ce n’est pas l’état final à atteindre que je poursuis mais plutôt le voyage en lui-même qui me comble. Si je suis en compétition dans un concours, ce n’est pas la victoire ou la défaite qui importe ; c’est le fait d’être en compétition qui est amusant et passionnant. Si je me fixe un objectif à atteindre et que je progresse vers lui, l’état final de l’objectif importe peu en soi ; c’est le processus entier que j’aime avant tout.

Qu’est-ce que cela peut bien faire que je finisse par gagner des millions, que je gagne la première place dans un concours ou que je bâtisse une immense multinationale ? Sur le long terme ces choses ne seront de toute façon que poussière. Mais le processus de réalisation de ces choses ─ de terrasser les dragons de la peur, de maîtriser de nouvelles compétences, d’avoir de nouvelles perspectives, de toucher des gens en route, de m’écrouler et de reconsidérer les choses ─ CA c’est une vraie joie.

L’essentiel cependant est que personne n’a besoin de décider consciemment d’évoluer. La vie elle-même va de toute façon nous pousser à le faire. Comment peut-on vivre sur Terre et ne pas apprendre ni évoluer ? Soit vous le faites consciemment, soit la vie vous met face à des expériences qui vous forcent à le faire inconsciemment. Tant que vous n’êtes pas mort et enterré, vous êtes sûr d’évoluer et de changer. Donc ma décision est d’accepter cela et de suivre consciemment le courant de l’évolution et du changement. L’autre alternative est d’évoluer inconsciemment. J’ai fait les deux, et je trouve qu’évoluer consciemment est bien plus agréable et enrichissant.

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *

8 Partages
Partagez8
Tweetez